Autour du camp de Valognes

Publié le par anarcaviar

Nous ouvrons le blog aux temoignages directs que l'on nous propose, ici celui de l'iune des personnes ayant participé au montage du camp. N'fesitez pas a nous proposer des temoignages par mail au hérisson.

 

On nous avait promis les plus grandes difficultés avec les populations locales du fait de leur dévotion envers la puissante COGEMA qui les "nourrit" et les arrose d'argent ... des miettes... depuis tant d'années.

De nombreuses années de communication, d'endoctrinement, de propagande, d'asservissement d'une population qui, si elle accepte docilement le seul salaire qu'on lui propose n'en est pas moins consciente de l'absurdité de cette industrie. Tous savent, même s'ils le nient à voix haute, qu'ils participent à la dissémination du plus effroyable polluant de la planète, tous savent, même s'ils se le cachent qu'ils vont en mourir, tous savent qu'ils sont condamnés.

Le protocole veut, qu'en cas d'accident comme celui de Tchernobyl ou de Fukushima, le "pont canal" soit détruit, isolant tout le Nord Cotentin et ses habitants du reste du monde. Les mêmes habitants qui ont rangé cette information au plus profond de leur mémoires, savent au fond d'eux même qu'ils sont condamnés. Ceux parmi eux qui ont reconnu (un peu tard) le pipeau d'Areva ne peuvent qu'applaudir et encourager l'initiative d'une opposition ouverte à cette grande machination insupportable. Certains l'on fait, ils étaient peu nombreux à oser résister ouvertement à la milice d'état, mais ils étaient innombrables parmi les "locaux" à nous prêter main forte pour que cet évènement voit le jour.

Les publicitaires d'Areva et leurs décenies de mensonges n'ont pu formater la totalité de la population. Certains esprits restent libres. Quant aux autres: comprendront-il un jour la nécessité de crier aussi fort que possible leur dégout ? qui vivra verra.