Une journée couleur bleu marine.

Publié le par anarcaviar

Une journée couleur bleu marine.

Effectivement, comme le dit le titre de cet article, ce jour était sous les insignes des bleus foncés ... Entendez par là la gendarmerie bien sûr.

Ce jour, lundi 6 septembre 2014, était jour d'inauguration du projet SYNDIESE à Saudron, un des villages concernés par le projet CIGEO et commune arrosée par le fric poisseux du nucléaire distribué par le GIP.

SYNDIESE qui va avaler les forêts, pour les broyer, ces forets qu'engloutira CIGEO, tiens, la boucle serait bouclée. On s'auto-alimente. Le projet SYNDIESE est quand même financé par le CEA ... Autrement dit le nucléaire. D'ailleurs un article de l'est repu. qui traitait du sujet titrait : "CIGEO : tout reste à faire". Bon, revenons à cette belle journée toute en bleu marine.

Quelques personnes sensibles à l'environnement et à la survie du vivant, du futur, autrement dit des militants avaient décidé de se rendre devant le cite pour exprimer par des banderoles et slogans ce qu'il en sera vraiment. Mais la démocratie, qui est censée pouvoir donner des droits à celles et ceux qui veulent s'exprimer - dans le calme et sans violences je le précise - s'est mis en place. Voilà que les militants arrivent à une intersection menant à SYNDIESE, et sont stoppés par des "gentils" gendarmes postés là pour bloquer l'accès à ce chemin. Ces quelques personnes sensibles venus donner leur avis, connaissant leurs droits ont alors demandé aux forces de l'ordre le document officiel interdisant de marcher jusqu'au site. Réponse du gradé : vous l'aurez à 15 heures, regardez sur mon épaule, la loi c'est moi, reculez, vous êtes sur la voie publique. Alors les militants entendant cet argument d'un bel effet, sont allés se diriger vers un champ, ben ouais ce n'est plus la voie publique là. Alors, ordre a été donné de reculer sur le bord du trottoir de l'autre coté de la route, et vu que les militants voulaient discuter et comprendre le pourquoi d'un tel refoulement, et bien il a fallu reculer encore, sous prétexte de protéger ces 8 personnes des risques liés à la circulation. Huit opposants face à 24 gendarmes.

Le défilé de voitures avec de belles gens en costume cravate venant manger les petits fours et boire le champagne pas encore contaminé a duré toute l'après midi. Les aller-retours de bus transportant de braves citoyens fiers de venir soutenir le capitalisme et leur fric qui sent mauvais, étaient impressionnant, nous avons pu y compter un nombre impressionnant de trois personnes par bus à certains moments. Les conseillers régionaux, de Meuse et Haute-Marne, les élus venus cirer les bottes de l'ANDRA, et ses fausses promesses, ces élus maintenant bien corrompus et complices, acceptant que l'avenir ici et ailleurs est bien compromis ont du se faire plaisir. Ils tournaient plutôt la tête de l'autre coté en nous voyant. Les chauffeurs de bus n'en menaient pas large non plus. Les journalistes eux aussi faisaient mine de ne pas nous voir, mais un a fini par venir nous voir tout en nous annonçant qu'il n'y aurait pas beaucoup de temps de diffusion pour ce reportage, voulait-il quand même nous contredire puisque nous sommes habitués à ce que ces journalistes ne fassent pas entendre nos voix. Voilà qu'un militant se prend au "jeu" et passe à l'interview, expliquant tout ce qui vient de vous être dit ci-dessus. Et quoi ? Eh bien dans ce joli reportage très neutre, pas une seule seconde des paroles de ce militant ni du visu de la banderole si parlante sur le désastre annoncé par le projet SYNDIESE.

Enfin voilà encore un bel exercice de démocratie de la part de l'état du nucléaire et son monde.

Et en lien, celui de MIRABEL LNE qui a rédigé un rapport complet sur ce qu'est vraiment ce projet ... Inutile qu'on veut nous imposer :

~~http://mirabel-lne.asso.fr/content/syndiese

Une journée couleur bleu marine.